Dans le rapport du GIEC 2021, il a été identifié plusieurs scénarii d’évolution :

● Le SSP1 : développement durable : forte coopération internationale, priorité au développement durable ;

● Le SSP2 tendances actuelles : poursuite des tendances actuelles ;

● Le SSP3 rivalités régionales : monde fragmenté affecté par la compétition entre pays, une croissance économique lente, des politiques orientées vers la sécurité et la production industrielle et peu soucieuses de l’environnement.

● Le SSP4 les inégalités monde marqué par de grandes inégalités entre pays et en leur sein. Une minorité y serait responsable de l’essentiel des émissions de GES, ce qui rend les politiques d’atténuation plus faciles à mettre en place tandis que la plus grande partie de la population resterait pauvre et vulnérable au changement climatique.

● Le SSP5 fondé sur les énergies fossiles : développement traditionnel et rapide des pays en voie de développement, fondé sur une forte consommation d’énergie et des technologies émettrices de carbone; la hausse du niveau de vie permettrait d’augmenter la capacité d’adaptation, notamment grâce au recul de l’extrême pauvreté.

Maintenant, à nous de choisir dans quel scénario nous nous inscrivons

Les émissions sont connues pour le CO2 mais souvent estimées pour les autres. Tout dépend du mode de calcul, de la véracité des informations fournies par certains pays. Les satellites vont apporter une sérieuse progression dans ce domaine. Un inventaire précis est prévu l’année prochaine d’après ce que j’ai compris.
Les sources d’information sont multiples et pas toujours identiques. Pour la France, le CITEPA fait un très bon travail.

On sait actuellement que c’est la chine et les USA qui sont en tête.

Mais le gros dilemme que nous renvoi la Chine est : qui est responsable de l’accumulation des gaz dans l’atmosphère depuis le début de l’ère industrielle ? Et bien ce n’est pas la Chine, c’est l’Europe et les Etats Unis.

Pin It on Pinterest

Shares
Share This